Capture d’écran 2015-09-28 à 00.10.27

Plutôt bien, merci pour lui ! 
Créé fin décembre 2008, Rv Renard Le Blog affichait fièrement 34 visites. Un début prometteur!🙂 Puis, le succès a fait son petit bonhomme de chemin. 2009 affichait 58.000 visites, 2010 doublait presque les visites avec 105.000 visites, une petite baisse pour 2011 avec 97.000 visites. Et puis, l’ascension a suivi sa route encourageante. 131.000 visites pour 2012, 289.000 visites pour 2013 (un record !), pour revenir à 133.000 visites. Et à l’aube de ce deuxième semestre, comment s’annoncent les statistiques? Prometteur, mon zami, prometteur ! Ce 28 septembre annonce fièrement 248.397 visites ! Un très beau résultat malgré moins d’articles publiés cette année (et oui … le temps manque bien souvent). Arriverons-nous à battre le record de 2013?
Alors, merci à tous pour l’intérêt que vous portez à Rv Renard Le Blog. Merci pour votre fidélité qui m’encourage à persévérer malgré les journées professionnelles bien chargées. La vie d’un blog demande beaucoup, beaucoup de temps mais quand on voit tout l’intérêt que vous lui portez … Croyez-moi, ça vous booste.
Merci encore à vous tous chers lecteurs et lectrices. Et promis … Je vais essayer de publier d’avantages d’articles ces prochains mois.

Rv Renard


f40df1c3-6106-4242-b912-844485ad99f3.format_jpeg.inline_yes

mena-suvari-american-beauty

L’American Beauty selon Carey Fruth
« Accepter son corps tel qu’il est, est fondamental. Dans les media traditionnels, les femmes sont présentées de manière identique : blanches et minces. Je pense qu’en qualité de photographe, je dois montrer les gens tels qu’ils sont … Beaux»
Ce sont les propos de Carey Fruth, une jeune photographe talentueuse qui profite de son art pour exprimer tout bas ce que de nombreuses femmes pensent tout haut.
Aussi, pour illustrer sa réflexion, la photographe a mis en scène 14 femmes tout à fait différentes : jeune, vieille, grosse, grasse, maigre, blonde, rousse, de tailles et d’origines différentes … Inspirée par l’image emblématique extraite du film ‘American Beauty’ de Sam Mendes, Carey Fruth a fait poser ses mannequins comme la jeune et jolie Mena Suvari , nue, sur un lit de pétales de roses.
Le résultat est superbe. De très belles photos qui expriment la beauté authentiques de chaque femme quelle que soit son corps.

Retrouvez les 14 photos sur le site de Carey Fruth 

AmericanBeauty_WebLogo_CareyFruth_06

AmericanBeauty_WebLogo_CareyFruth_12

AmericanBeauty_WebLogo_CareyFruth_03

Capture d’écran 2015-09-01 à 01.38.20


Capture d’écran 2015-08-30 à 02.13.43
Capture d’écran 2015-08-30 à 02.14.49

La graphiste qui savait rendre encore plus beaux vos animaux de compagnie

Beaucoup d’amour, de passion et surtout de talents et voilà Sylvie qui immortalise votre fidèle compagnon : chien, chat, cheval (ce qu’elle réussit le mieux, je trouve). Le voilà sublimé, le voilà ancré dans la postérité grâce à ses talents de graphiste publicitaire. Sylvie transforme la simple photo de votre animal favori en un super portrait d’art personnalisé. C’est tout simple et pourtant … On craque !
Sylvie retravaille votre photo, nettoie, recradre, installe un fond noir pour un effet ‘photo studio’ ou ‘peinture digitale’ pour un effet tableau. Et voilà votre fidèle toutou, minou ou votre cheval magnifié.
C’est simple. C’est beau. Alors, pourquoi se priver.

Infos et galerie en cliquant ici

Capture d’écran 2015-08-30 à 02.13.15


Capture d’écran 2015-08-30 à 00.29.35

En Belgique, vous pouvez désormais dénoncer toute fraude sociale

Afin de trouver une solution aux lettres anonymes manuscrites qu’il reçoit régulièrement dans sa boîte aux lettres personnelles, le secrétaire d’état belge à la Lutte contre la fraude sociale a décidé de mettre en service un moyen pour dénoncer les fraudes sociales que tout un chacun aurait pu repérer.
Théoriquement, les ‘dénonciations’ ne pourront pas être anonymes. Le point de contact exigera un nom, une adresse e-mail et un numéro de téléphone pour chaque accusation. Toutefois, il semble bien évident qu’entrer des informations fictives – même si un tel acte est tout à fait illégal – sera tout à fait possible.
Le secrétaire d’état avoue que les procédures à mettre en œuvre pour exclure toutes fausses identité sont beaucoup trop lourdes mais que ce principe de délation constitue un moyen efficace pour lutter contre le dumping social.
Alors, être un bon citoyen belge passerait-il par la dénonciation ? Tout cela nous rappelle de bien vilaines époques, non ?

Article complet à retrouver dans le magazine économique belge Trends : un petit clic ici 


« Les candidats, il faut les séduire, surtout s’ils sont en poste. Il faut oser de faire le saut créatif.
Texte de Christophe Lo Giudice, rédacteur en chef du magazine belge spécialisé en Ressources Humaines
Article publié dans le magazine HR Square N°5 / Juillet-Août 2015

Capture d’écran 2015-07-17 à 01.15.47

Le principe :
Dans le Forum (une rubrique mensuelle publiée dans le magazine HR Square, permet à tout responsable RH d’évoquer un thème et de solliciter l’expérience d’experts et de confrères disposés à mettre en valeur leurs réalisations.
Dans le numéro de Juillet – Août 2105, la question était de Brigitte Mestrez, Director HR & Safety EMEA chez Brunswick (Mercury Marine) en Belgique.

La question: «
Comment développer l’employer branding dans un contexte de guerre des talents, sachant que les candidats ne postulent pas volontiers pour un entreprise dont ils ne connaissent pas le nom ? »

L’intervention des experts et confrères :
Hervé Renard, Strategy & Creative Director de PH 410
Eric Robert, Eric Robert, Directeur Talent & Labour Market chez Agoria
Séverine Vercauteren, Human Resources Manager chez ALD Automotive Belgium

« La notoriété générale de l’entreprise n’est pas un paramètre qui revêt énormément d’importance, estime Hervé Renard, Strategy & Creative Director de PH 410, une agence spécialisée en communication RH. Une forte notoriété peut même engendrer des effets pervers en matière d’image d’employeur, par exemple si la réputation de l’entreprise est marquée négativement ou si celle-ci est vampirisée par ses produits. D’autre part, la plupart des candidats vont rejoindre un employeur non pas tant pour sa notoriété, sauf peut-être en début de carrière, mais pour le contenu du job, la culture et les valeurs de la société, l’ambiance ainsi que, ne nous voilons pas la face, le package salarial. »
Autrement dit : ne pas être connu en tant qu’entreprise n’est pas grave en soi. Mais ça le devient si on n’y change rien, ajoute-t-il. « Si l’on veut attirer des candidats, et plus particulièrement les bons, il faut leur donner envie de s’intéresser à l’entreprise. Si celle-ci ne fait rien, ne dit rien, n’exprime rien, il ne se passera rien. Quelle soit connue ou non, l’entreprise doit montrer qu’elle existe en tant qu’employeur et communiquer sur son identité. »

Des signaux positifs
Agoria l’a parfaitement compris. La fédération de l’industrie technologique rassemble de grandes entreprises bien connues du grand public mais également d’autres, dont une myriade de PME, à la notoriété faible, voire inexistante. « Depuis des années, nous travaillons sur l’attractivité des métiers technologiques avec beaucoup de sensibilisation vers le monde éducatif et le grand public, confie Eric Robert, directeur Talent & Labour Market. Plus récemment, nous avons décidé de regarder la problématique par l’autre bout de la lorgnette et de nous intéresser à la question de l’attractivité de nos membres en tant qu’employeurs. »  C’est ainsi qu’avec l’appui de PH 410, une étude qualitative a été menée auprès d’une vingtaine d’entreprises. « Il en est sorti le constat que tout le monde voyait l’employer branding comme crucial, mais aussi que chacun en avait sa propre définition. En outre, la démarche était vue comme onéreuse à mettre en place. Il y a cependant une vraie envie d’en savoir plus et d’être informé sur comment passer à l’action. Et, à ce titre, on ne peut pas dire qu’il s’agisse d’une matière plus facilement traitée par les grandes structures. Par contre, on observe plus de distance par rapport au thème au Sud du pays. » Un des enjeux a donc consisté à démythifier l’employer branding, notamment via le partage d’expériences : « Nous avons montré qu’une PME peut parfaitement développer une politique d’employer branding à son niveau, très performante, sans y consacrer un temps démesuré, ni des budgets considérables. »
Plusieurs enseignements sont ressortis de ces travaux : l’employer branding ne doit pas être associé au marketing, mais contribuer à donner des signaux positifs sur l’entreprise, illustre Eric Robert. Mais aussi : communiquer en matière d’employer branding ne peut se limiter aux périodes où on doit recruter, mais s’inscrit dans une dynamique constante. « Enfin, malgré la place de plus en plus importante allouée aux valeurs, les industries technologiques sont perçues comme plus timides à les mettre en avant que les autres industries, à adopter un autre discours que celui du ‘produit’. »

Faire la différence
La conclusion de l’étude était claire : le besoin d’en savoir plus sur l’employer branding est réel, aussi bien au niveau des process que pour les outils à utiliser. C’est pourquoi Agoria a organisé une série d’ateliers sur différents thèmes associés : comment attirer la génération Y ? Comment une PME peut-elle se construire un réseau d’écoles partenaires de proximité ? « Un des ateliers qui surprend le plus est intitulé ‘Valeurs vs Produits’, interpellant les entreprises qui n’ont pas l’habitude de communiquer sur leurs valeurs. Les études montrent que peu d’ingénieurs se sentent à l’aise pour discuter salaire. Dès lors, pourquoi les amener sur ce terrain ? Parlons-leur plutôt des valeurs, de l’ambiance de travail, des facilités en matière d’équilibre de vie… C’est là que l’entreprise peut faire une différence. »
Pour alimenter la dynamique, Hervé Renard conseille de partir des raisons justifiant que vos collaborateurs travaillent dans votre entreprise. « Et on peut parfois avoir une vision tronquée de la chose, dit-il. D’où l’intérêt de sonder le terrain de façon scientifique ou, en fonction des moyens disponibles, empirique, par des entretiens en face-à-face, des focus groups ou via un questionnaire ouvert. L’exercice permet d’isoler un dénominateur commun, une sorte d’ADN de l’entreprise, intéressant à confronter aux résultats d’une enquête externe sur la façon dont l’entreprise est perçue par les candidats. »
Les enseignements de l’analyse sont ensuite à transformer en stratégie créative et en actions de communication. « Les candidats, il faut les séduire, surtout s’ils sont en poste, souligne Hervé Renard. Ce qui n’implique pas de sortir l’artillerie lourde : osez plutôt le saut créatif, un visuel qui parle, une phrase qui accroche, une action simple, mais inédite. L’important, c’est de ne pas faire comme tout le monde. » Exemples ? Approchez le candidat via un site ciblé qui n’a rien à voir avec l’emploi (par exemple, un site dédié à la culture si l’on recherche un directeur de musée), ayez une présence sur le service de streaming musical Spotify, utilisez les avancées liées à la géolocalisation, positionnez-vous en radio…

Patron ambassadeur
Ces lignes de conduite, ALD Automotive s’applique désormais à les mettre en oeuvre. Parmi les leaders du marché belge du leasing, cette société d’environ 240 collaborateurs était jusqu’il y a peu bien connue dans son secteur d’activité, mais peu ou pas au-delà. « Quand nous avions des candidatures spontanées, elles émanaient de profils du secteur automobile ou de courtiers d’assurances, confie Séverine Vercauteren, HR Manager. Or, nous voulons attirer d’autres types de candidats, notamment des talents financiers et IT, ainsi que des jeunes qui, le plus souvent, ne connaissent pas le leasing. Et passer par des agences de recrutement coûte fort cher. »
Dans cet esprit, la direction a décidé de créer un site de recrutement complémentaire au site Corporate (jobs.aldautomotive.be) pour soutenir l’objectif de recrutement de 20 à 30 collaborateurs par an. « Pour le construire, nous avons préalablement organisé des ateliers, réunissant uniquement de collaborateurs, afin de saisir les éléments clés de notre culture d’entreprise. De la sorte, la communication est élaborée en reflétant exactement qui nous sommes. Les candidats potentiels peuvent dès lors très vite percevoir si l’entreprise leur correspond ou non. »
Une fois le site actif, restait une problématique : comment y faire venir de potentiels futurs collaborateurs ? « Une des options choisies pour accroître notre notoriété a été de participer à différents awards, dont Great Place to Work, mais aussi dans des domaines autres que l’emploi. L’exercice permet de se confronter à d’autres sociétés, mais aussi de se faire connaître en tant que société innovante. Arriver dans les finalistes suscite des articles de presse… »
Par ailleurs, Miel Horsten, le General Manager, se montre très présent à l’extérieur et se positionne en réel ambassadeur. Coup de génie : suite à l’obtention du label Great Place to Work, ce dernier a voulu remercier tous ses collaborateurs pour leur motivation, leur professionnalisme, leur engagement et « ce petit quelque-chose en plus ». Une vidéo a été tournée le montrant en train d’écrire à la main le prénom de chaque collaborateur en marge du mot « Thanks ». Postée sur YouTube et sur les réseaux sociaux, elle a fait le buzz. L’affiche a ensuite été publiée dans Metro.
D’autres initiatives sont actuellement en cours de développement : un Company profile sur StepStone, une présence plus marquée sur LinkedIn,… le tout venant renforcer une série de trois affiches au visuel recherché et au message ciblé. « Dans la perspective de la fin des examens, nous réfléchissons à une action consistant à féliciter les étudiants, un clin d’oeil montrant que nous sommes là et que nous avons des jobs pour eux, conclut Séverine Vercauteren. S’il est encore tôt pour un bilan, nous observons de premiers résultats, comme le recrutement de plusieurs candidats ayant postulé directement via le site jobs et l’augmentation du nombre des candidatures spontanées. Un retour sur investissement qui devrait s’accélérer dans les mois à venir… »


enhanced-buzz-wide-7085-1430251301-21

Je suis tombé tout récemment sur le site ‘Buzz Feed’ sur un article très sympa conçu par . Un article rédigé en contrepied. Jugez en donc le titre : 26 raisons de ne jamais aller à Lille.
Lillois de naissance et de coeur, il ne m’a pas fallu 3 secondes pour cliquer sur le lien. Et là … Belle démo. 26 photos, qui révèle clairement que cette superbe ville de Lille dissimule de nombreux trésors: architecture, art, ambiance, gastronomie, activités, …
De chouettes photos commentées par des titres cassants jouant l’absurde et le contrepied : « Lille n’est pas une ville sympa, moche, la nuit c’est triste, une ville où il n’y a rien à voir, rien de culturel, d’artistique, pas de verdure, de parcs, pas d’animations, … »
Alors, je ne peux que vous inviter à cliquer sur le lien et découvrir tout le bonheur de se balader à Lille, d’y séjourner, de s’offrir un nuit dans un appartement Spa privatif (Private Room), de découvrir des restaurants pittoresques où l’on y déguste une cuisine locale goûteuse.
Belle balade et surtout, profitez de l’accueil des Ch’tis Biloutes !

Le lien vers l’article sur Buzz Feed : http://www.buzzfeed.com/marieparis/nallez-pas-a-lille#.knp2o9pPa
Quelques bonnes tables à Lille : http://restaurant.michelin.fr/restaurants/france/59000-lille/
Le lien vers la ville de Lille : http://www.lille.fr/cms
Le lien vers les appartements spa privatifs : http://lille.private-room.fr

enhanced-buzz-wide-19417-1430250520-14

enhanced-buzz-wide-22394-1429803909-8

enhanced-buzz-wide-25381-1429751446-11

enhanced-buzz-wide-32755-1429749401-8


original_441

L’album, c’est Abbey Road, des Beatles. Un album classé 14e par le magazine Rolling Stone sur une liste de 500 albums. Un LP enregistré en 1969, le onzième publié par les Beatles. Le dernier, en fait, enregistré par les 4 génies. C’est à la sortie de l’album que John Lennon annoncera son départ. Une fin qui ne sera officialisée qu’en avril 1970.
Abbey road est la rue qui abritent les studios EMI (rebaptisés par la suite Studio Abbey Road) où seront enregistrées les 8 chansons qui composent le 33t.
Quant à la fameuse photo de la pochette qui a inspiré tant de monde, elle a été prise par le photographe Iain MacMillan le 8 août 1969 en à peine 10 minutes.
Devenue hyper célèbre, cette pochette a marqué et continue de marquer toutes les générations et fait l’objet de nombreuses copies ou parodies dont je vous propose une petite sélection.
Elles vont de pochettes de disques d’autres musiciens comme par exemple les Booker T & M.G’s ou les Red Hot Chilli Peppers, les Pink Floyd, … Mais aussi des auteurs de bandes dessinées, des réalisateurs de films (Danny Boyle pour Trainspotting), des inconnus, … Quant à vous, si vous passez par là, je suis convaincu que vous ne résisterez pas à vous aussi, parodier les Beatles et leur célèbre pochette.

red_hot_chili_peppers___the_abbey_r_951185070

4306734_bookert

81004058745498af

trainspotting

abbey_road_by_niels827-d64iq0f

beatles-abbey-road-parodie-9

fantastic_four___abbey_road_by_theamat-d5wk5e5

100_9254_abbey

Get Back Beatles with Georgia Salpa

images

tintin

VW-Beetle-on-Abbey-Road-34918


ALD_700x357px_CEO

Découvrez comment un CEO fait preuve de créativité pour remercier individuellement ses 240 collaborateurs. Remercier individuellement chaque collaborateur pour sa motivation, son professionnalisme et son engagement, voilà une initiative qui n’est pas des plus courantes. Et pourtant c’est cette reconnaissance qu’a voulu exprimer Miel Horsten, le CEO de la société ALD Automotive Belgium, une société spécialisée dans la location longue durée. Faisant d’une pierre deux coups, le département des Ressources Humaines et le CEO ont créé l’effet de surprise en remerciant individuellement chacun des 240 collaborateurs et en leur annonçant que leur entreprise figurait dans le top 10 des sociétés ayant reçu le titre très convoité de ‘Great Place To Work 2015’. Une prestigieuse récompense, prisée par de nombreuses sociétés. L’ultime consécration pour un employeur en matière de qualité de vie au sein d’une entreprise. Avec en prime le prix spécial du Jury ‘Giving Back’. Alors, quel procédé créatif a utilisé cet employeur pour remercier ses 240 collaborateurs? Et bien, puisque vous êtes curieux de savoir comment ce CEO épaulé de son département en Ressources Humaines ont procédé pour remercier individuellement les 240 collaborateurs qui partagent cette culture d’entreprise où il fait bon travailler, je vous invite à cliquer sur le lien ‘THANKS’ et de visionner avec bonheur la superbe vidéo qui vous révélera tout. Et surtout, n’hésitez pas à partager et à faire circuler ce petit film. De pareilles initiatives méritent d’être encouragées. Et oui, des employeurs qui remercient leur personnel ne sont pas nombreux. Une bien belle initiative, qui confirme qu’ALD Automotive mérite parfaitement son titre de ‘Great Place To Work 2015’. L’action de communication a été orchestrée par l’agence de communication PH 410 (récompensée aux HR Excellence Awards 2014-2015, prix spécial du Jury) Pour visionner la vidéo, cliquez sur : « THANKS. ALD Automotive wants to thank all its employees for their motivation, professionalism, commitment… and their little something extra »  700x357px_web_Thanks ALD_cartes_fr ALD_cartes_fr2 ALD_cartes_fr3


homer-simpson-fond-ecran

10 indices pour détecter les symptômes de l’intelligence
En me baladant sur le blog de Andriamihaja, je suis tombé sur 10 indices qui permettent de ‘démasquer les gens intelligents’. Comme vous me connaissez, j’ai voulu partager cette expérience et vous permettre d’évaluer si vous regroupez ces indices et si, donc, vous êtes intelligents. Alors, on y va ? Parcourons-les, ces fameux indices.

         Les gens intelligents se couchent tard
Dodo de bonne heure ? Pas bon signe ! Ben oui, ils sont plus actifs la nuit et donc, se couchent plus tard que les autres.

2          Les gens intelligents semblent être plus grands que les autres (ou presque)
Ce sont des chercheurs de l’université du Colorado qui le prétendent. Ils ont constaté une corrélation entre la taille et le QI – corrélation indépendante de facteurs environnementaux comme la nutrition.

3          Les gens intelligents sont plus enclins à se détourner de la religion
Encore issu d’une recherche américaine. Ses chercheurs émettent l’hypothèse que les croyances religieuses sont irrationnelles, non ancrées dans la science, non vérifiables et de ce fait moins attrayantes pour les personnes « intelligentes », au sens le plus rationnel du terme.

4          Les gens intelligents boivent plus d’alcool que les autres
Pas que j’encourage la consommation d’alcool mais les chercheurs finlandais ont mis en évidence une corrélation entre intelligence et consommation d’alcool.

5          Les gens intelligents ont leur première relation sexuelle beaucoup plus tard que les autres
Une étude scientifique aurait donc démontré que les lycéens avec des QI supérieurs à la moyenne ou des QI très bas ont leurs premières relations sexuelles beaucoup plus tard que ceux qui ont un QI moyen.

6          Les gens intelligents n’utilisent pas Internet Explorer
Une société canadienne spécialisée en tests psychométriques a trouvé un lien entre QI et navigateurs.

7          Les gens intelligents préfèrent Twitter
Twitter selon Cherie Curtis, en charge du département Psychology de Onetest, déclare que Twitter requiert une bonne capacité de pensée latérale et d’attention, un outil qui nécessite un degré de concentration plus important, ainsi qu’une capacité à mémoriser, organiser et qualifier l’information. Réduire une pensée complexe à 140 caractères ou moins suppose des compétences de résolution de problèmes, et un esprit clair.

8          Les gens intelligents n’écoutent pas Beyoncé
Les élèves qui obtiennent les moins bonnes notes au SAT (Scholastic Assessment Test, l’examen le plus important aux États-Unis pour le passage à l’université) sont fans de Beyoncé, Lil Wayne, Jay-Z, Justin Timberlake ou autres. Les meilleurs élèves écoutent Beethoven, Sufjan Stevens, Bob Dylan ou encore Radiohead. Et Les élèves « moyens », eux, seraient adeptes de Frank Sinatra, Bob Marley et Elton John.

9          Les gens intelligents dépensent plus en sex toys que les autres
Les étudiants d’Oxford et de Cambridge achèteraient plus de sex toys que les étudiants des autres universités.

10         Les gens intelligents ne plagient pas les discours des autres
Aucune étude pour confirmer cette hypothèse mais de toute évidence, les gens qui n’écoutent pas Beyoncé, qui boivent de l’alcool, qui tweetent, utilisent un sex toy, … ne piqueront jamais les passages du discours d’un inconnu

Plus de détails sur le blog de Andriamihaja


Capture d’écran 2015-02-16 à 00.29.30Capture d’écran 2015-02-16 à 00.30.05

Ils ont eu une vie avant Mad Men
Si vous êtes vous aussi un accro à la série Mad Men, sans doute vous êtes-vous demandé ce que vos héros adorés faisaient avant votre série préférée. Mais si, mais si.
Imaginez Don Draper (Jon Hamm) cheveux longs sans gomina, et Peggy (Elisabeth Moss), la secrétaire qui devient copywriter, toute petite face à la caméra. Et Peter, le cynique Account Director, imaginez-le en personnage de fiction fantastique. Ou Betty, la femme de Don que vous retrouvez dans Love Actually (et oui ) en blonde américaine qui séduit le jeune Colin parti à la recherche de jolies filles aux States. Et que dire de Joan, la super rousse aux formes généreuses, en jeune fille timide. Et apprendre que Harry (Rich Sommer), le responsable media jouait dans ‘Le diable s’habille en Prada’, … Que des surprises à découvrir en visionnant la vidéo « Before They Were on Mad Men » sur YouTube. Vous verrez, c’est bien sympa.
Pour visionner la vidéo Before They Were on Mad Men, cliquez ici




Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 135 autres abonnés