C’est la faute à  » l’Open Space  », de toute évidence.

08Mar12

L’Open Space accusé de tous les maux
Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’Open Space ce n’est pas à l’origine une invention américaine. Le concept des bureaux paysagers a été mis au point par deux consultants allemands, les frères Eberhard et Wolfgang Schnelle, dans les années 1950. Un concept qui a connu un énorme succès aux Etats-Unis puis qui a été refilé aux Européens dans les années 80. Bon, c’est vrai que le concept des frères Schnelle, à la base, offrait une toute autre vision du bureau paysager : espaces généreux, beaucoup de plantes vertes, …
Aujourd’hui, le ‘paysager’ a changé de formule et les principes évoqués de ‘meilleure communication’, suivi de l’activité de l’entreprise’, ‘meilleur esprit de collaboration’, ‘développement d’une compétitivité saine, … a cédé sa place à d’autres arguments et effets moins honorables : gain de place, économie sur l’espace, meilleure surveillance du travail effectué, …
Pire encore, certains socio-économistes, comme notamment Alain d’Iribarne (directeur de recherche au CNRS) dénonce le concept d’Open Space en affirmant que les avantages évoqués aboutissent bien souvent au contraire du but recherché : facteur de stress, manque d’intimité, baisse de la productivité, détérioration des relations entre collaborateurs (jalousie, énervement, …), baisse de concentration et difficultés à se concentrer, fatigue accentuée, migraines, dégradation de l’ambiance professionnelle, … On est loin du mythe du ‘travail en projets’ et de ‘coopération harmonieuse et créatrice’
Le journal belge ‘La Dernière Heure’ rappelle à ce sujet l’analyse par Isabelle Hansez, spécialiste du bien-être au travail au département de psychologie de l’ULg, d’une étude canadienne qui a analysé les effets du passage à l’open space avec des enquêtes de satisfaction avant, pendant (après quatre semaines) et après (6 mois). Globalement, les gens mettent en exergue quatre points : “Une baisse générale de la satisfaction au travail, une augmentation du stress, une relation avec les autres membres de l’équipe qui se détériore, et des performances individuelles moindres.”
L’Open Space entraîne même la création de phénomènes comme les ‘planètes MP3’ où chaque collaborateur s’isole en se glissant des écouteurs dans les oreilles afin d’y retrouver l’intimité ou l’isolement nécessaires à leur concentration. Effectivement, on est alors très loin des effets souhaités initialement.

Publicités


No Responses Yet to “C’est la faute à  » l’Open Space  », de toute évidence.”

  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :